L’Histoire

 

                    Le pari sportif a une histoire très lointaine et existe presque depuis « toujours ». En effet, nous verrons dans cette partie historique, que l’on n’a pas pu dater la première existence du pari sportif. Nous nous intéresserons alors à son développement général depuis les premières preuves de son apparition, c’est à dire durant l’Antiquité. Une étude sur le développement du pari sportif en France et en Angleterre sera alors élaborée, puis une analyse comparative entre les deux sera faite.

  

L’histoire du pari sportif

                    Il n’y a pas de preuves concrètes des archéologues concernant les paris sportifs, avant l’antiquité. Néanmoins, ils émettent l’hypothèse de l’existence des paris sportifs durant la préhistoire. Des hommes se seraient battu entre eux et d’autres auraient « parié » sur l’homme qu’ils trouvaient le plus fort. La récompense était bien entendu autre que monétaire.

                    Les paris sportifs étaient déjà présents durant l’Antiquité, à la période de la Grèce antique. A cette époque, les Grecs avaient l’habitude de faire des concours sportifs et des compétitions sportives, et ceci plaisait beaucoup. En effet, étaient réputés pour leur amour du sport, et les évènements comme les Jeux Olympiques. La Corinthe et les jeux Delphiques, des divers événements proches des jeux Olympiques, constituaient également de formidables occasions pour le peuple de parier sur les épreuves athlétiques préférées.

Cependant, pour payer les athlètes, on faisait très certainement payer aux visiteurs les entrées par le biais de billetterie et on organisait aussi des paris sportifs, pour rentabiliser l ‘événement. Les paris sportifs ont pour ainsi dire toujours existé.

                    Les Romains étaient également des premiers parieurs, surtout grâce aux fameux combats de gladiateurs dont les plus anciens datent de 264 av. J.-C. On retrouve de surcroît environ un siècle avant J-C, les compétitions sportives auxquelles s’ajoutent les combats d’animaux sauvages, les courses de chars ou même encore plus cruel, le duel entre des condamnés à mort  et des félins,  et donc bien sur les gladiateurs. La civilisation romaine a apporté une touche beaucoup plus importante à l’argent dans ce mode de distraction.

                    Si l’on continue chronologiquement, au Moyen-Age, les paris dits « sportifs » continuent leur développement durant cette période, avec notamment l’essor de nouvelles pratiques sportives comme le tir à l’arc, ou encore les tournois avec des joutes à l’épée ou à la lance à cheval. Les paris et jeux d’argent se répandent alors dans toute l’Europe, principalement en France et en Angleterre.

                    Au XVIIème siècle, les parieurs auront l’occasion de se mesurer en duel, armés, se terminant souvent par la mort du perdant, l’aspect monétaire est alors quelque peu égaré. Au XVIIIème siècle, le mot «handicap» apparaît dans le monde du pari sportif et surtout hippique. Ce mot vient de «hand in cap» (la main dans le chapeau) utilisé quand un objet troqué avait moins de valeur que l’autre et où une somme d’argent était ajoutée pour équité. Les paris sportifs avec un aspect plus monétaires commencent alors à plus se concrétiser. Au XIXème siècle c’est l’essor des paris sportifs hippiques. Leur essor est gigantesque et on voit ainsi l’apparition de nombreux hippodromes, où l’on y trouve la haute société qui se retrouve pour parier pour le plaisir, ainsi que des milieux plus pauvres qui espèrent gagner de l’argent. Au XXème siècle, un peu plus tard, les courses de chevaux gardent leur popularité mais d’autres sports empiètent sur le monopole du monde hippique. Cela s’explique notamment avec l’apparition de la télévision vers 1960, où des événements sportifs sont montrés au grand public. Le pari sportif prend alors de l’ampleur dans le monde entier. Le deuxième changement important du XXème siècle est l’apparition d’internet dans la fin des années 1990.

hippodrome__048701700_1703_15052013

Ceci marque alors le marché du pari sportif en modifiant les modalités des jeux en proposant en plus un large éventail de jeux sur lesquels miser. Consultez la rubrique des encadrements juridiques pour avoir plus d’informations sur les différentes modalités.

                    C’est donc grâce à la multiplication des événements sportifs télévisés, à la publicité (comme par exemple les sponsors sur les maillots de football), à internet et à la télévision, que les paris sportifs ont pris de l’ampleur dans la vie de tous les jours, et surtout dans les pays occidentaux. Nous nous intéresserons plus à la France et à l’Angleterre, où les paris sportifs dépendants de la culture nationale, se sont développés et se développent toujours aujourd’hui.

L’histoire du pari sportif en Angleterre

                    Les paris sportifs légaux apparaissent en 1930 en Angleterre, une quarantaine d’année après la France. Néanmoins l’essor s’est fait plus important et aujourd’hui on retrouve une nature plus parieuse chez les Anglais que chez les Français.

                    C’est en 1646 que la première notion et mention de la pratique des paris sportifs est faite, à l’occasion d’un match de cricket. Ce célèbre jeu courant, noble et bourgeois anglais, entraîne la noblesse à se prendre au jeu du pari sportif, dans le but de se détendre ou d’avoir du plaisir de gagner des petites sommes. En effet, au départ, les paris sportifs n’étaient pas faits pour gagner des grosses sommes d’argent, en tous cas pas dans ce milieu.

ny_image138

Aux alentours du XIXe siècle, l’arrivée des premiers colons sur le futur territoire des États-Unis d’Amérique bouleverse l’histoire du pari sportif. Les colons britanniques avaient pris goût au divertissement et au plaisir que généraient les paris. Souvent sanglants, ces paris repris aux générations britanniques antérieures n’étaient donc pas synonymes de gain d’argent. Ces paris différaient des courses de chevaux, des combats de coqs, ou même des combats de boxe à poings nus.

                    La culture anglaise pour le pari se fait ressentir très clairement dans la vie active des différents parieurs, et notamment sur le football, le sport national. D’ailleurs cette culture du jeu et des paris chez les anglais est restée, puisqu’ils totalisent aujourd’hui près de 15% des mises annuelles mondiales. C’est à eux que l’on doit la première loterie nationale, et donc récemment les premiers sites de paris en ligne.

En règle général, les anglais vont placer leurs paris pour le week-end dans la semaine, comme s’ils allaient faire leurs courses, chez divers bookmakers, ce qui serait impensable (pour le moment) dans d’autres pays. C’est donc ce qui rend la culture Anglaise dans ce domaine, si unique. En Angleterre, les paris sportifs font parti de la vie quotidienne des britanniques. Depuis fort longtemps, les joueurs peuvent donc parier sur à peu près n’importe quel sport, contrairement à la France. En effet, au début du XXème siècle, les anglais ont développé les paris en tout genre à travers les bookmakers. Néanmoins, de base, le bookmaker était une personne qui tenait un registre où les différents paris entre deux personnes étaient notés. Les Anglais ont donc développé ce principe, et le bookmaker est devenu l’intermédiaire avec qui parier. Le bookmaker reçoit les paris, mais ne parie pas contre le joueur.

                    L’origine anglo-saxonne du pari en ligne laisse ses empreintes sur le vocabulaire. En effet, le jargon du jeu en ligne doit une majorité de mots à la langue anglaise. En France, les mots « bookmakers » ou « live-betting » par exemple sont couramment utilisés pour en mettre plein la vue aux débutants.

L’histoire du pari sportif en France

                    En France, les paris sportifs réglementés apparaissent en 1887 et en 1891, le principe de mutualisation qui consiste à se partager les gains misés entre les joueurs est instauré.

                   Néanmoins, outre les pratiques moyenâgeuses, c’est le jeu de paume à Versailles, qui fait naître le pari sportif dans un monde plus nouveau. Dès la fin du XVIème siècle, on voit apparaître ce jeu à la cour. En 1527, François premier officialise le professionnalisme sportif pour mettre sur le même plan les gains du joueur de paume et les salaires car paris et enjeux ont déjà transformé pour beaucoup cette activité sportive en métier. En effet, l’expansion du pari sportif se fera seulement parce que c’est la haute société qui le pratiquait avant. Le jeu de paume montre alors les premiers signes de paris sportifs. Néanmoins, Louis XIII et Louis XIV tentent de limiter le nombre de terrains de jeux de paume pour y favoriser le billard, la boxe, le cricket (même s’il se fit rare), le football, le golf, la joute nautique et le tir à l’arc, et tout cela au XVIIème siècle, pour diversifier la pratique d’autres sports. C’est de là que l’on a pu commencer les nouveaux paris également.

280px-Jeu_de_paume_court,_1772

Plus tard, en 1865, lors de l’apparition de divers hippodromes en France, c’est  Michel Oller qui a l’idée de prendre les paris hippiques, et de les rassembler dans un pot commun et de prélever 5% sur le total des mises pour frais de gestion. Il vient alors de créer le premier système de bookmaking. Le pari mutuel est alors né. Ces paris mutuels deviendront autorisés en 1887 et finiront par donner naissance au Pari Mutuel Urbain, connu sous le nom de PMU, le 2 mars 1931. Le fonctionnement du PMU où l’ensemble des gains sont reversés (après taxes) aux joueurs est rapidement adopté partout en Europe.

                    En conclusion, on remarque alors que le pari sportif légal et encadré apparaît en premier en France, en 1887, contre l’Angleterre en 1930. L’essor en Angleterre s’est fait plus important, qu’en France. En effet, aujourd’hui, le système de bookmaking est différent et plus libéral en Angleterre, car en France, les bookmakers sont tenus par l’Etat. D’un point de vue historique, on remarque alors que le pari sportif dans un monde qui n’est pas moyenâgeux, apparaît grâce à la noblesse, et ceci dans les deux pays, à cent ans près (1527 en France, et 1646 en Angleterre). Encore une fois, c’est en France que cela apparaît en premier. C’est donc grâce à des pratiques nobles, le criquet en Angleterre, et le jeu de paume à la cour, en France, que les paris sportifs prennent vie. Dans les deux cas, à l’origine, le pari sportif servait à divertir la noblesse plus qu’à faire gagner de l’argent. C’est également en fin XIXème, début XXème siècle que dans les deux pays on voit l’apparition d’hippodromes, dès lors que le pari hippique prend forme dans les deux pays en même temps. C’est à partir de là que l’Angleterre adopte une politique plus libérale que la France sur l’encadrement juridique des paris sportifs, et la population Anglaise s’est faite alors plus joueuse, et même jusqu’à la sortie de la télévision et d’internet, qui a donc permis à la France d’essayer de rattraper son retard sur l’Angleterre, en matière de pari sportif.

Bibliographie

http://www.mesparissportifs.net/

http://pronostics-sportifs.e-monsite.com/

http://news.wincomparator.com/

http://pronow-nba.fr/paris-sportifs/